VIDEO

Taproot video

TAPROOT (The Place Within), excerpts
Video loop installation, triptych/split screen
2016

The side screens consist of volcanic fumaroles filmed in the caldera of the largest dormant supervolcano on the European continent. On the center screen, a photograph taken the night of a penumbral lunar eclipse, in a video of the Sun filmed through a telescope with an H-Alpha filter. The final piece has been entirely created during Hunter’s Supermoon of October 2016.

Le gris violacé du sol se vit, nuances d’aile de tourterelle et brumes dans les ripisylves grasses en gui des premiers matins de mon enfance. Je suis dans un volcan, le violet est un volcan et je frappe du pied. Le sol résonne creux, comme si je me tenais sur une fine croûte de boue et roche coagulées, au-dessus d’une cavité souterraine aux proportions cyclopéennes. Eucalypti et myrte sont enracinés dans les profondeurs, et si les premiers peuvent suinter l’or d’un sol, les seconds semblent se vouer au ciel. Alors que j’emporte goulûment des feuilles dans mes mains burinées par la bohème des jours passés, les cristaux de soufre exhalés par la bête magnifique givrent le sol en lumière rase. Autour de la bouche, ils s’oublient jaunes, se font déclins solaires sur Carthage. L’odeur infernale me rassure, arôme d’entité étincelante échappant au garrot des caprices humains. Les pulsations d’une puissance pure, équilibrante.

Je ressens une femme colossale aux cheveux de lave, elle respire lentement et profondément, assise en Sphinx. Elle observe l’horizon, impassible, millénaire. Peut-être le monde entier est-il son rêve, sommes-nous rêvés ?

Elle commence à comprendre quelque chose.

Les rayons de soleil dardent à travers les vapeurs. Quelque chose de vaste s’engouffre sous mes côtes, monte aux tempes, dans la musculature du cou. La plénitude me caresse, je sens l’acuité solaire engloutir chaque cil. Il les sépare, les gaine, les fait étinceler. J’observe avide les lueurs se hâler, rejaillir par bouffées, ce ressac d’astre que la vie m’a offert de ressentir comme sonore.

“C’est donc ainsi, que tout est né.”
Elle commence à comprendre quelque chose.

Douleur au bas ventre.
Le sang coule dans la caldera.

Le volcan m’a rendue à moi-même.

*

 

NOCTURNAL
Video installation ( Excerpt )
Dreamer: Julie Delille
2012

A woman stands in a garden of night-blooming flowers and turns inward in a meditative state. Light and shadows seem alive, tentacular, and caress her face. She glows peacefully, powerful and imperturbable, an allegory of a certain creative power.

 

COLOSSUS
Short movie
2016

Qui est assez inconscient pour refuser les périmètres du feu ?
Who is unconscious enough to refuse fire’s perimeters?

 


MOON GAMES
Video installation
2012

 

VIDEO TOTEMS
Installation ( Excerpts )
2015

 

How unusual your eyes, 
they sleep with angels

 

Burning wood, circulating — occasionally velvet

 

Gilded torso and whale pulses

 

PHŒNIX (intimacy)
Installation
2017

The bonfire has been filmed during a Full Wolf Moon. The audio consists of fire sounds mixed with those emitted by bat mothers and their offsprings, nursing in the walls of my home in the woods.

 

More video installations in
Pyroclast & Strix Nebulosa